LE NAUFRAGE DU JOOLA : LE TITANIC AFRICAIN

Le Joola (Diola du nom de la principale ethnie de Casamance) était le cordon ombilical entre la région Sud de Casamance et Dakar. Le ferry a quitté le port de Ziguinchor jeudi 26 septembre 2002 à 13h30, avec officiellement 809 passagers à bord en possession d'un billet plus les 52 militaires membres de l'équipage.

Le dernier appel a été donné à 22h pour signaler que tout allait bien à bord. Le Joola naviguait à 40 km des côtes de la Gambie à environ 170 km au sud de Dakar dans une mer houleuse avec des coups de vents et sous une forte pluie.

Un peu avant 23h, pour s'abriter d’une bourrasque plus violente que les autres, les passagers se sont précipités en masse du côté bâbord du pont. Le navire a été brusquement déséquilibré et a chaviré en moins de 5 minutes.

La Marine Nationale Sénégalaise est arrivée sur les lieux 19 heures après la catastrophe. Seulement 64 personnes ont survécu. Le comptage des victimes a été réalisé par recensement des personnes « manquantes » dans les familles. Le dernier bilan officiel du naufrage s’élève à 1.863 victimes dont 971 pour la ville de Ziguinchor.

Il n’y a pas d’université en Casamance. En ce mois de septembre, beaucoup d’étudiants de Ziguinchor avaient embarqué pour rejoindre Dakar et poursuivre leurs études supérieures. Cette catastrophe appelée le « Titanic africain », a privé la région d’une partie de son élite intellectuelle et du potentiel de développement conséquent.